Une semaine au Cap-Vert

Avril 2017


L’Afrique est un continent merveilleux, rempli de douceur et de couleurs. Je l’ai découvert lors d’ un voyage en Namibie, en 2016 (article à venir), depuis, il ne cesse d’enter mes nuits et d’animer mes projets de voyages.


Le Cap-vert et le mystère de ses îles

Le Cap-vert se situe à l’ouest du Sénégal dans l’océan Atlantique. C’est un archipel de 10 îles en parties sauvages et très variées.

La capitale Praia se trouve sur l’île de Sao Tiago (SANTIAGO). Elle regroupe la moitié de la population du Cap-vert.

L’archipel se divise en deux séries d’îles. Au sud, les îles de Sotavento avec Brava, Fogo, Santiago et Maio et au nord, les îles de Barlavento avec Boa Vista, Sal, São Nicolau, Santa Luzia, São Vicente et Santo Antão.

Le tourisme est LA principale ressource des ses îles dont certaines sont, encore aujourd’hui, difficile d’accès. Le Cap-Vert est une ancienne colonie portugaise et la langue est restée. La proximité du continent africain a permis de développer un mélange culturel, gastronomique et musicale.


Comment se rendre au Cap-Vert
  • Vol depuis Bordeaux avec escale obligatoire à Lisbonne
  • C’est la compagnie TAP PORTUGAL qui a pratiquement le monopole des vols vers le Cap-Vert !
  • Durée du voyage : Depuis Bordeaux il faut compter 9h minimum avec l’escale. La durée des escales c’est un peu le principal soucis vers cette destination. Les heures d’attentes sont de minimum 3h, voire 10h.
  • Prix de l’aller-retour : le prix des billets peut être assez compétitif hors vacances scolaires – entre 250 et 400 euros. En période de vacances, les prix atteignent vite les 600 euros !

Sal, l’île baignée de soleil

L’île de Sal est quasiment désertique. Nous avons choisi d’y passer quelques jours. Sal jouit d’un climat sec et ensoleillé, bordée de plages de sable blanc avec une eau turquoise et chaude.

Pas besoin de louer de voiture.L’île est rempli de taxi bleus et jaunes qui ne demandent qu’à vous balader à petits prix !

Au coeur du village de Sal, entre tourisme et dépaysement

Santa-Marie est LA ville la plus animée de l’île de Sal. Elle se situe au sud et borde l’océan atlantique. Très charmant, rempli de souvenirs, de locaux et de pas mal de touristes. En période de vacances il y a beaucoup de touristes. Ce village n’en reste pas moins très typique.

Le véritable attrait de Santa-Maria s’est ses plages idyliques !

La balade qui suit le village et le prolongement de la côte, est unique. L’eau est chaude toute l’année et sa couleur est digne des Seychelles.

Notre Logement à Santa-Maria
  • Pontao Hotel : vous allez voir qu’il n’est pas très bien noté sur les sites de réservation (et comme Karine me le dit souvent : ” En dessous de 8 sur 10 en notation, pas la peine de louer !”)
  • L’emplacement de cet hôtel est vraiment top. Nous avons tout fait à pieds et l’hôtel dispose de nombreuses possibilités de réservations d’activités et de locations de voitures à la journée.
  • Le rapport qualité/prix
  • Les autres logements possibles . Santa-Maria est envahi par les gros complexes touristiques. Récemment le Hilton est venu faire son trou. Bref c’est pas trop notre truc les hôtels avec 150 chambres ALL Inclusive. A vous de voir !

Où manger à Santa-Maria

  • Ambiance locale : Le TAM TAM Bar, rue Amilcar Cabral au cœur du village dans une ruelle animée. Pour boire un verre je vous conseille d’y aller en début de soirée . L’ambiance est top. Pour dîner le soir, les plats sont de qualité et locaux (Attention aux piments ils en mettent pas mal !).
  • Sophistiqué : Le Marea, un restaurant un peu plus haut de gamme pour Santa-Maria. Nous y avons passé un succulent dîner en amoureux ! Un petit restaurant un peu en recul des ruelles animées du village. Je vous conseille de réserver. Leur terrasse est toute petite. Les plats sont divins, un mélange d’Italie et du cap-vert ! Du bon vin. Attention : Le weekend ce restaurant est seulement ouvert le soir. Je vous conseille de vous y rendre avec prudence. De nuit les ruelles peuvent être mal fréquentées.
  • A boire sans fin : Toutes les fins de journée nous allions déguster une gigantesque caïpirinha. Situé sur la plage centrale de Santa-Maria, la cabane brésilienne est un endroit top pour se détendre. Nous étions entourés de locaux qui jouaient au beach volley et dans nos oreilles un musique brésilienne revigorante. La caïpi est folle et à 5 euros. J’en prendrais deux sil vous plait 🙂 !

Sea, Surf and Sun

Évidemment nous n’avons pas seulement choisi le Cap-Vert pour le taux d’ensoleillement et ses températures de rêve ! Nous avons choisi le Cap-Vert pour deux autres raisons : Le surf et les Baleines !

Surf

Ponta Preta est LE SPOT de vagues sauvages de Sal. Situé à quelques minutes en taxi de Santa-Maria. Ponta Preta se compose d’une belle plage de sable blond, d’une eau turquoise, de quatre petits parasols en bois et d’un bon restaurant.

De belles vagues se forment à quelques mètres du rivage. Des vagues assez puissantes réservées aux surfeurs confirmés. De plus, le fond en roche peut être dangereux. Il faut rester prudent et bien étudier le spot avant de se jeter à l’eau.

Les petits conseils de loulou :

  • Il est difficile de trouver des locations de planches de surf à Sal. Nous sommes venus avec notre planche.
  • Meilleure période pour le surf : Le spot fonctionne par houle de nord et nord ouest. Ne soyez pas surpris si les prévisions annoncent 2 mètres par houle d’ouest et qu’il y a très peu de vagues. Jean-Luc a surfé avec deux autres personnes à l’eau il y a peu de monde et les locaux sont sympa. La meilleure période de l’année pour surfer est de novembre à avril, de plus le spot tient bien la houle, Ponta Preta marche jusqu’à 4-5 mètres. Avis aux amateurs de photos!
  • Sal est le paradis du KIT SURF grâce aux vents favorables tout l’année. Dans le cas du KIT vous trouverez tout le nécessaire en location.
  • Si vous vous rendez sur les spots de surfs ou de Kit en taxi, donnez à votre chauffeur un rendez-vous pour venir vous chercher au retour ! Vous rentrerez à pieds. Le chemin est long.
  • Les chiens errants sont très nombreux sur l’île ! Dans les villages ils restent gentils. En périphérie ils ont formé des meutes et sont très agressifs. Je vous conseille de toujours vous balader avec un bâton de marche et d’éviter les grands espaces genre “terrain vague”.

Equitation

Les capverdiens aiment beaucoup la course de chevaux. Plusieurs îles du Cap-Vert abritent des centres équestres et des élevages de chevaux anciennement venus du Portugal par bateaux.

Je ne suis rapidement aperçu que les balades à cheval étaient fréquentes à Sal. Je me suis permise d’interpeller un guide sur la plage. Il m’a gentiment donné rendez-vous pour le lendemain matin pour une balade “privée”.

Bilan de l’activité

Je penses que c’est la meilleure manière pour faire une promenade hors des sentiers battus et pas à la queueleuleu en mode “touriste”.

J‘ai payé 25 euros pour 1h30 de balade sur le sable et deux grands galops les “sabots” dans l’eau turquoise. INCROYABLE !

Balade des salines de Pedra Lume jusqu’à Buracona

N’ayant pas loué de voiture, nous décidons de réserver une excursion d’une journée pour visiter l’île de Sal (il y a plusieurs guides possibles. Nous avons choisit de prendre un local et son 4×4 et non un mini bus avec un guide italien étrange !) Comptez 30 euros par personne pour l’excursion à la journée (avec le déjeuner du midi inclus).

Première stop aux salines de Pedra Lume. Ce paysage lunaire à l’atmosphère étrange est spectaculaire.

Nous passons au travers d’un tunnel creusé en 1804 dans le volcan et qui servait de passage pour les ouvriers portugais.

Aujourd’hui il n’y a plus de production de sel et le lieu est devenu une attraction touristique. Le but est de se baigner 15 minutes maximum dans un bassin d’eau fortement salée. Le résultat sur le corps est surprenant. Nous flottons ! Impossible de s’enfoncer dans l’eau.

Ce bain digne de la mer morte est excellent pour les rhumatismes, l’arthrose et les problèmes de peau. Il ne faut pas plonger sa tête dans cette eau salée. Cela risquerait de vous brûler les yeux. Personnellement j’avais une coupure de corail à la main et je peux vous dire que sa m’a bien piqué quand j’ai eu le malheur de la mettre l’eau.

En sortant, nous nous badigeonnons de boue rouge.

Deuxième stop à Buracona. “Le trou de la bombe”.

Situé au nord-ouest de l’île, Buracona est une cavité profonde qui s’ouvre sur le centre de la terre, entourée par des récifs volcaniques se jetant dans la mer !

Nous avons eu la chance d’arriver tôt (afin d’éviter les cars de touristes) et d’avoir un temps et des vagues clémentes. Nous avons pu observer le bleu turquoise de ce trou et surtout nous avons pu nous baigner dans la grosse piscine naturelle.

Troisième stop face aux requins citrons à Shark Bay

Shark Bay est un bassin d’eau chaude peu profond. Une véritable pépinière à petits requins !

C’est vrai que dit comme ça nous avons eu envie d’y aller. Une fois arrivés sur place on nous demande de payer 2 euros par personne en supplément pour avoir des chaussons de protection contre le corail tranchant.

Comme je suis une tête de mule et que j’en ait eu marre de payer toutes les deux minutes pour tout, j’ai refusé de m’équiper de ces fameux chaussons. Bien mal m’en a pris ! My love avait prévu le coup et il s’est équipé de ses propres chaussons de surf. Nous voilà parti, lui bien protégé et moi avec mes “nu-pieds” !

Évidemment le chemin fut périlleux et je me suis retrouvée les quatre pâtes en l’air sur le corail. Le résultat fut moins rigolo. Je me suis ouverte la main, tranchée par le corail venimeux, le tout dans une eau chaude grouillant de microbes !

Bilan de l’activité

Au bout du calvaire nous avons vu les petits requins de très près. Comptez 15 bonnes minutes “d’escalade'” sur le corail. De nombreuses personnes sont tombées. Le chemin retour a gâché tous les beaux souvenirs de cette excursions.

Les alentours sont très pollués avec beaucoup de plastiques.

Dernier stop à la capitale Espargos

Cette capitale administrative se situe à 30 min de Santa-Maria. Nous avons pu voir une vraie ville capverdienne. Les prix pratiqués ici sont moins élevés qu’à Santa-Maria. Je vous conseille d’y faire vos achats et quelques courses.

Nous avons déjeuner dans un bon restaurant qui était compris dans notre excursion. Nous avons surtout pu nous rendre compte de la pauvreté de cette île. La présence de nombreux bidons ville et de “cabanes” n’entravent en rien la gentillesses des villageois et l’authenticité de cette petite ville colorée.

BOA VISTA, l’île pleine de surprises

L’île de BOA VISTA est la plus proche du continent africain (seulement à 500 km) et très proche de l’île de Sal (seulement à 50 km). Nous avons choisi d’y passer quelques jours…

L’île aux dunes, paradis sans chichis

Nous arrivons à l’aéroport de Rabil. Direction le village de Sal Rei en taxi (6 km pour 5 euros). Rabil était l’ancienne capitale de l’île. Aujourd’hui toute l’activité se situe à Sal Rei qui compte près de 6000 habitants.

Première impression assez mitigée. Les ruelles sont toutes en pavés poussiéreux et en mauvais état (bon en même temps au vue du taux de pauvreté nous nous attendons pas à l’autoroute américaine !).

Beaucoup de chiens errants, comme à Sal. Ici ils sont particulièrement présents. En journée et au centre ville tout va bien.Quand la nuit tombe, ou en périphérie, je vous déconseille de les approcher…ils deviennent des loups garou !

Balade dans le village

Nous décidons de nous balader dans le village. De belles surprises. Les ruelles sont très jolies. Les maisons sont toutes colorées et de charmants petits restaurants de poisson offrent de belles terrasses reposantes.

Dès qu’on s’éloigne un peut du centre (10 min a pied), les maisons tombent en ruines ou ne sont pas terminées…drôle d’ambiance.

Durant notre balade ensoleillée nous tombons sur les bateaux de pêcheurs qui rentrent. Leurs femmes vendent le poisson en bavardant, un peu plus loin. Nous allons renifler l’odeur du poisson frais (BERK), nous sommes regardés de la tête au pied….


En journée le rythme de vie à Sal Rei est tranquille jusqu’au soir. Au port de pêche, le bar du ponton Té Manché est le rendez-vous des locaux. Les touristes se retrouvent plus volontiers à l’Esplanada, sur la grande place centrale. Pour faire la fête, il est préférable d’attendre le vendredi soir.

Je suis venue pour toi, Baleine à bosse…

J’aime les voyages pour beaucoup de raisons. La principale reste “la chasse à la baleine”. Je choisis mes destinations en fonction de leur circuit migratoire, et en fonction du pourcentage de vagues surfabales pour My Love).

Au Cap-Vert il y a des baleines à bosse ( mon espèce préférée). Quelques spécimens passent au large des îles capverdiennes, sur une courte période de l’année ( de mars à juin). Il faut bien choisir son mois de voyage et surtout bien sélectionner son île d’observation !

Nous avons sélectionné l’île de Boa Vista. Elle est la mieux placée dans l’archipel pour partir observer les baleines. Je vous avoue que j’ai eu beaucoup de mal a organiser une sortir baleine au Cap-vert. L’adresse reste confidentielle et pas encore exploitée à son maximum (tant mieux).

J’ai choisi de garder secret le nom et adresse de ces sorties d’exception….Il y a des instants magiques que je préfère garder dans mon cœur.

Voici juste en image le meilleur de mon voyage au Cap-Vert

Notre Logement à Sal-Rei

  • B&B Salinas,Charmant Bed and Breakfeast
  • Emplacement idéal. La place Santa Isabel avec la belle Eglise est à 5 minutes à pied. Une petite supérette est juste à côté.
  • Bon rapport qualité/prix pour 40 euros la nuit avec le petit déjeuner compris fait maison.

Le Bilan

Quelques manqués comme la plongée ! Nous aurions aimé profiter d’une autre île comme Sao Vicente qui regorge de verdure avec un climat très différent de Sal ( relief plus montagneux et climat plus humide).

Le Cap-vert est une destination solaire. Une vraie destination de vacances quand on a envie de chaleur et de dépaysement. Les gens, la musique et l’ambiance générale du ” NO STRESS ” Capverdien sont des bouffées d’oxygène.

En seulement 7 ou 10 jours sur place, vous pouvez profiter de plusieurs îles de l’archipel en prenant des vols intérieurs ou même des bateaux (si vous avez un peu plus de temps). C’est une destination idéale pour ceux qui veulent faire du “farniente, de la randonnée, du surf, du cheval, du Kit-surf et découvrir des paysages sauvages.

Prochain séjour africain : La Nambie. XOXO Louise

Laisser un commentaire