MADAGASCAR

Octobre 2018 – 12 jours

Une île qui laisse des traces

J’ai eu l’occasion de découvrir Madagascar au cours d’un événement familiale particulier : le voyage de départ à la retraite de ma « colorée » de belle-mère ! Voyager à Madagascar c’est la garantie de découvrir une île hors du temps. Madagascar est une belle île de l’océan indien qui regorge de coins uniques. C’est une destination hors des sentiers battus qui va me marquer à jamais ….


I/ ANTANARIVO, CAPITALE BOUILLONNANTE de Madagascar

Nous sommes arrivés de nuit au petit aéroport d’Antanarivo situé au centre de l’île.  La longue queue à l’immigration, au contrôle santé et au Visa nous mettent dans le bain. Ici, chaleur et moustiques qui s’agitent. Il faut s’armer de patience pour espérer sortir de cet aéroport hors du temps !

Taxi commandé en avance via notre réservation de l’hôtel ! Nous nous sommes rapidement retrouvés entourés d’enfants et d’adolescents qui réclamaient de l’argent. Normal bienvenue dans un des pays les plus pauvres du monde – WELCOME TO REALITY

Ce n’est pas à moi de juger s’il faut leur donner quelques choses. A part les touristes ils n’ont rien d’autre ou s’il faut rien leur donner pour ne pas encourager la mendicité. Nous ne sommes pas là pour faire le bilan des riches” VS” les pauvres. Personnellement j’ai donné quelques euros – Voilà !

Comme toutes les arrivées de nuit : on ne voit rien, on est déboussolé, on ne dort pas de la nuit en se demandant où l’on est !

Je ne peux rien vous dire de plus sur la capitale à part qu’elle grouille de monde, qu’elle est saturée de voitures. Il faut sortir de la ville très tôt le matin ou dans la nuit.

CANAL DES PANGALANES, UN BOUT DU MONDE INOUBLIABLE

Le canal des pangalanes est situé à 580 km de la capital malgache, direction la côte Est de l’île ! En gros : 12h de taxi brousse à travers un paysage bof bof.

Les trajets en taxi-brousses à Madagascar sont longs et éprouvants

La vue n’est pas toujours agréable, des hectares de forêts dévastée, beaucoup de camions devant nous à la fumée noire « Merci Pollution », des dizaines de gens et d’animaux type bovins sur la route. Où sont les paysages colorés décrits dans mon guide, où sont les odeurs divines et où sont LES LEMURIENS ?

Autant vous l’avouer : j’ai fait dodo ! Trajet Long Long et Long. Si vous avez un peu de budget je vous conseille de voyage avec des vols intérieurs. Vous aller voir que les distances, m’ont beaucoup marqué lors de ce voyage.


Le canal c’est une promenade hors du temps entre eau douce et salée.

Il fait près de 700 km de long et a été construit par l’homme. Il faut un long moment pour le parcourir. Le long de ses berges nous croisons des villages de pécheurs traditionnels et des vendeurs de fruits en pirogues !

Une balade que nous parcourons sur deux petits mono coques à voiles.


AHAH j’ai oublié de vous mentionner deux choses essentielles : Ma Belle-Mère est complètement dingue de voile ! Et moi j’ai une peur bleue des bateaux

Equipe de choc !

Conseils pratiques

Attention aux coups de vents. Dans le canal la météo change vite. Les conditions peuvent être dangereuses. Il faut rester vigilent !

J’ai dormi 2 nuits entre une gazinière, ma belle-mère, my love « mon mari » et notre serviteur attitré : Sergio.

On va vitre découvrir que les VAZAS (nom donné aux blancs à Madagascar) ont à leur service des malgaches payés au prix du pays : 250 euros/ mois, voire moins. Ils sont là pour faire la cuisine, le ménage et diverses corvées….

Les toilettes se résument à un seau bleu disposé sur le pont …bref je vais stopper les détails, je n’ai pas envie de vous faire fuir !

Le parc aux lémuriens

Au bout du canal des pangalanes nous nous retrouvons amarrés au ponton du parc aux lémuriens !

Le Palmarium est accessible uniquement par bateaux, comptez 2h30 depuis Tamatave. Des bateaux à moteurs un peu vétustes amènent directement les touristes sur ce parc. La forêt qui compose le parc est une forêt primaire. Elle n’a jamais été modifiée par l’homme. C’est dans cette forêt tropicale humide que vivent de nombreuses espèces endémiques à Madagascar. Détail sur le parc en cliquant ICI

Vous pourrez y observer le plus grand lémurien du monde : l’Indri Indri, et le lémurien à tête noire. Ils sont partout dans le parc et sont habitués aux touristes. On ne leur donne pas n’importe quoi à manger : les guides ont des bananes pour les attirer ! Prenez un jeune guide. Le notre était un enfant du village, ravis de rigoler avec des jeunes et de nous montrer son village. Il nous a entraîné hors du sentier pour rencontrer encore plus de lémuriens. Un beau moment de partage et d’échange autour d’un animal très drôle. Ils mordent. On les regarde de loin !

II/ TOAMASINA, VILLE PORTUAIRE AFFOLANTE

Toamasina ou autrement appelée Tamatave (nom francisé) est « la ville »  de la côte Est.  Encore 5h de Jeep entassé à sept avec un moteur de bateau qui fuit et une belle mère à la hanche douloureuse  =  souvenirs au goût de gasoil….

Direction le marché aux pierres. Je n’ai pas fait tout ça pour passer à côté des trésors géologiques de Madagascar ! Il y a de nombreuses pierres artificielles.

L’arrivée à Toamasina est « particulière ». Bouchons de camions diverses et variés en file indienne, pyramides de déchets en tout genre, bruits assourdissants et odeurs étranges. La balade en ville est surprenante.

On décide de partir découvrir le « centre-ville » avec des tuk-tuk. Ils nous ont repéré depuis un long moment et ils commencent à s’agglutiner autour de nous. Faites votre choix et ne négociez pas trop. Cela ne se fait pas dans un pays pauvre. Laissez-vous porter ou “tirer” par un homme….pas tellement glorieux, nous avons opté pour un tuk-tuk vélo.

Le moment est venu de découvrir notre maison pour le reste du voyage : direction le port de Toamasina, passage un peu rock and roll au poste des contrôleurs…et le voilà qui se dresse devant nous :

LE TONGA SOA

Le voilier rêvé avec ses 17 mètres, ses deux mats incroyables, son intérieur en bois et des cabines à l’ancienne  ! Les vacances peuvent commencer !

III/ L’OCEAN INDIEN, AU FIL DE L’EAU ENTRE PARADIS ET RENCONTRES

On s’installe à bord, chacun sa cabine, on a la plus grande ! OUF je suis sauvée. Je découvre le bateau, la vie à bord et les règles d’un capitaine farfelu….mais merveille : il y a de vrais toilettes.

Quel meilleur moyen de découvrir un océan que de naviguer sur ses eaux. Je dois avouer que je n’étais pas rassurée. Notre Capitaine JEAN nous met en confiance. Il maîtrise son bateau depuis plus de 40 ans et l’océan c’est son univers. Direction le Paradis perdu !

Longer la côte Est de Madagascar

MAHAMBO, PETITE PAUSE LUMINEUSE

Mahambo est une petite ville rurale située sur la côte Est de Madagascar. Elle est tranquille et très appréciée des malgaches pour les vacances.

On mouille au large. Jean nous emmène à terre avec son zodiac. Les garçons partent surfer avec quelques enfants locaux , un régal !

Vous trouverez à Mahambo, des petites vagues de rifs avec une belle eau transparente. Il parait que quelques requins traînent par là. Nous n’en avons pas vu un seul. Je conseille de surfer au bord de la plage. C’est sans risque et rigolo.

On se balade sur la jolie baie de Mahambo, des enfants jouent sur la plage, les pêcheurs font une pause à l’ombre des grands cocotiers, l’endroit est calme et reposant.

On peut facilement discuter avec les jeunes, ils parlent français et sont heureux d’échanger avec nous, surtout sur le beau bateau bleu qui gigote au large ….oui c’est bien nous les pirates !

My love, professeur de natation, décide de donner un cours à l’un des adolescents. Il était ravit d’apprendre à nager.

Un bel hôtel borde la baie, avec des transats à l’ombre: Hôtel La Pirogue. Nous y avons juste bu un cocktail et faits de jolies rencontres. L’attente est infini et nous avons fini par aller chercher nos boissons. Le barman avait déserté, dommage.

IV/ Île SAINTE MARIE au large de Madagascar. TERRE PROMISE ET DÉPAYSEMENT

Après plusieurs heures de navigation en remontant vers le nord de Madagascar, nous arrivons à bon port. Mes yeux et surtout mon ventre sont un peu engourdis par la traversée. Je remonte sur le pont et notre capitaine nous « hurle » de sortir de nos cabines…..Le Tonga Soa a jeté l’ancre au paradis ! Tels des pirates nous nous retrouvons dans une baie entre deux îlots de sable blanc….

L’île de sainte marie est située au nord-est de Madagascar, elle ne fait que 49 km de long. Cette île est entourée de deux autres petits îlots : l’île aux Nattes et l’îlot aux sables. Ils sont bordés de récifs coralliens en partis morts. L’eau y est chaude et polluée.

La petite capitale de Sainte Marie c’est Ambodifotatra, on y passera deux jours animés !

Nous sommes arrivés sur Sainte Marie par la mer. Le plus simple, et surtout le plus rapide, c’est d’y aller directement en avion depuis la capitale Antananarivo. L’île de Ste Marie à son propre aéroport. Il est petit et fonctionnel.

Mes activités à Sainte-Marie

  • Observation des baleines à bosse de Juin à fin Septembre

En tant qu’obsessionnelle de la baleine à bosse, je peux vous affirmer que Madagascar est un de leur coin préféré. Vous retrouverez les grands cétacés autant sur la côte Ouest (vers le Canal du Mozambique) que sur la côte Est de Madagascar. Elles aiment se prélasser dans les eaux chaudes autour de Sainte Marie. Attention à ne pas louper la saison des baleines (4 mois dans l’année).

Au centre-ville d’Ambodifotatra vous pourrez observer un squelette entier d’un grand cachalot et vous offrir une excursion guidée en mer pour observer les baleines !  

On respecte les distances ! 100 mètres entre les baleines et les bateaux, si votre guide vous amène plus près n’hésitez pas à lui glisser un petit mot sur le bien être de ces animaux dérangés par le bruit des moteurs (surtout les mamans et leurs petits). C’est tellement exceptionnel de pouvoir les observer dans leur milieu naturel. Elles ne sont pas agressives. Si on veut qu’elles continuent à se reproduire et à être calme, on doit les respecter et les observer de loin. Je compte sur vous J

  • Louer un scooter à Ambodifotatra et sillonner la seule route qui fait le tour de l’île.
Balade en scooter à Ambodifotatra

Inutile de louer une voiture sur SainteMarie. Je vous conseille de vous rendre directement de l’aéroport à votre hôtel en taxi ou en tuk-tuk motorisés (il y en a beaucoup sur l’île et ils ne sont pas chers).

Bon plans

Petit conseil de loulou : sympathisez avec un chauffeur et il deviendra votre « meilleur ami ». Il viendra vous chercher à votre hôtel et vous promènera avec plaisir dans l’île.

Les locations de scooter se font directement au cœur du village. Prévoyez toujours de la monnaie. Les postes de change sur Ste Marie sont bondés de monde du matin au soir !

  • Prendre une pirogue pour traverser le passage entre l’île Ste Marie et l’île aux Nattes 
Les villageois débarquent souvent sur l’île aux nattes pour des cérémonies traditionnelles

Cela vous coutera 50 centimes ou 1 euros en fonction de l’humeur du rameur !

L’île aux Nattes

L’île aux nattes vaut le détour. C’est un petit îlot de sable clair du bout du monde, en octobre nous étions seuls sur la plage. Je vous conseille le matin. La lumière est incroyable et l’eau calme. Des jeunes filles vont vous proposer des massages et de vous tresser les cheveux… c’est pas cher et elles sont très gentilles !

Ça fait un peu mal au crâne ! Vous pouvez faire la moitié de la tête ou même des formes incroyables, elles sont très douées, vous passerez un bon moment.

Comptez 15 euros pour la prestations « nattes » , le massage d’une heure ne coûte lui que 20 euros : allongez sur le sable au bord de l’eau au coucher de soleil ça vaut les 20 euros largement !

  • Visiter le cimetière des pirates

Incroyable de visiter ce cimetière qui se trouve sur une presque île à côté d’Ambodifotrata ! Demandez à un Tuk-Tuk de vous y conduire. Évitez la tombée de la nuit. Il y a beaucoup de moustiques.

Les tombes des pirates sont faites en corail

Guide obligatoire, demandez « Levis », il est top !

     10 euros l’entrée pour une visite privée et pleins d’histoires fantastiques

Petits conseils pour un voyage à Madagascar

Santé et papier
  • On peut faire les visas directement sur place c’est moins cher qu’en France : 30 euros et ils prennent les Euros.
  • Vaccins : Hépatite Obligatoire et vaccin combiné Tétanos, Diphtérie, Coqueluche. Pas besoin de la fièvre jaune si vous ne venez pas d’un pays où elle est présente.
  • Paludisme, quelle décision prendre ? : Personnellement je ne supporte aucun traitement contre le palu : la malarone  m’a donné des crampes d’estomacs abominable ! Si vous  vous rendez dans le centre de Madagascar, dans les terres vous devez obligatoirement prendre un traitement anti palu, si vous vous rendez dans des zones d’altitude vous n’êtes pas obligés de prendre le traitement.
  • Petit débrif sur le moustique : le moustique de jour n’est pas celui qui transmet le palu. Celui qui se balade à la tombée de la nuit (de 17h à 4/6h du matin) transmet le palu.
  • Le soir on se couvre les jambes et les bras + PRODUITS ANTI Moustique spécial tropique partout sur les vêtements + moustiquaire la nuit !
Souvenirs
  • Achat Vanille : je vous conseille d’acheter de la vanille à Madagascar. Elle est extra et moins chère qu’en France. ATTENTION aux arnaques. Je vous déconseille d’acheter à des vendeurs de rue. Il faut acheter dans des marchés officiels. N’hésitez pas à négocier pour plusieurs gousses. On se concentre sur des gousses un peu fripées. Vous allez être attirés par des grosses gousses. Elles sont remplies avec du miel, c’est une arnaque ! Bilan : des petites gousses un peu fripées qui sentent bon la vanille.
  • Pour éviter que les gousses sèches dans l’avion, il faut les acheter sous vide.
  • Personnellement j’ai rapporté 10 gousses pour 25 euros ! (2 x moins cher qu’en France)

Le bilan

Le bilan de mon voyage à Madagascar est assez mitigé, c’est un pays qui vous remet les idées en place. Ce voyage m’a bousculé, je me suis débarrassée du superflu, j’ai pris le temps de prendre le temps, de ne rien faire, d’écouter mes envies, de regarder la lumière et de suivre le soleil pour mes activités.

Curieusement je suis rentrée complètement ZEN, mes soucis professionnels et personnels avaient disparus de ma tête (surement perdus en mer J ), le visage et le corps reposés. J’ai été remué physiquement pendant 12 jours et j’ai perdu 2 kg.

Pour mon prochain séjour je ferais de nouveau halte à Sainte-Marie. Le contexte sera différent. A voir mon article Pause Luxe à Madagascar.

Une île qui m’a laissé des traces….

Laisser un commentaire